Décrets HPST

L’inquiétude est encore vive

Publié le 05/07/2010
chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo chapo.

À l’hôpital, faut-il parler d’un état de réforme permanente ou plutôt d’une adaptation permanente, selon la formule d’Annie Podeur, à la tête de la récente Direction générale de l’offre de soins (DGOS) lors de la réunion qui a clos à Paris un état des lieux dressé dans dix régions autour de la loi Hôpitaux, Patients, Santé et Territoires (HPST)*. En vingt ans, on ne recense pas moins cinq nouvelles lois qui ont fortement pesé sur l’activité au quotidien de l’hôpital. Pour autant, la crise paraît toujours devant nous.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte