Loi de santé, la FHP dénonce deux poids, deux mesures

Publié le 10/12/2015
Les cliniques privées seront-elles moins égales que d’autres ? Lamine Gharbi, président de la FHP (Fédération de l’hospitalisation privée) n’a pas manqué de stigmatiser le traitement de (dé)faveur infligé selon lui aux établissements privés.

Crédit photo : GARO/PHANIE

Concernant les groupements hospitaliers de territoire, persistent de nombreuses interrogations. Les ARS ne seront-elles pas incitées lors de l’autorisation d’activités de soins et d’équipements lourds à privilégier les hôpitaux publics ? Autre question, l’avenir des coopérations public-privé demeure opaque lorsque seront définis les projets médicaux des futures GHT. Cette distorsion de traitement entre les deux types d’hospitalisation se retrouve dans le rétablissement du concept de service public hospitalier. Il y aurait là « deux poids, deux mesures ».

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.