Maladies rares, le Leem souhaite le lancement d’un troisième plan national

Publié le 13/05/2016
L’innovation apportée par l’utilisation des thérapies géniques pour traiter les maladies rares bénéficierait-elle à l’ensemble de la recherche ? La réponse est affirmative, selon les industries du médicament (Leem) qui viennent d’appeler au lancement d’un troisième plan Maladies rares.

Faut-il inscrire les maladies rares dans la dynamique des plans cancer ? Pourtant, au niveau européen, la France a traditionnellement été à la pointe de l’accompagnement des patients atteints de maladies rares. Elle a été le premier pays à adopter un PNMR (plan national maladies rares) en Europe et elle a joué un rôle moteur dans la mise en place d’une dynamique européenne de prise en charge. Les deux plans (2005-2008 et 2011-2014) ont permis des avancées notables dans la recherche, le diagnostic, le traitement et l’accompagnement des patients.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte