Marché de l’orthopédie, comment peut-on être Français ?

Publié le 30/10/2015

Faut-il être plutôt Allemand lorsque l’on est fabricant de dispositifs médicaux ? Selon Renaat Vermeulen, président de la section orthopédie Eucomed intervenant au colloque Rendez-vous avec l’orthopédie*, organisée par le Snitem, la réponse est oui. Alors que l’inscription d’un nouveau produit à haut potentiel d’innovation exige en France de longs délais, les réponses du NUB, l’équivalent allemand dans ce domaine de la HAS, sont nettement plus rapides. L’exemple d’une nouvelle prothèse maxillaire a ainsi été cité en 2007.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte