Mélanome, l’intérêt de la bithérapie

Publié le 30/10/2014

Un essai de phase III multicentrique randomisé a comparé une biothérapie associant un anti-BRAF, le dafrafenib et un anti-MEK, le trametinib, à une monothérapie par un anti-BRAF, le vemurafenib en première ligne de traitement. La mutation de BRAF et le diagnostic de mélanome avancé constituaient les critères d’inclusion. Ces thérapies ont été administrées par voie orale. 700 patients ont participé à l’étude. Les résultats démontrent une nette supériorité de la bithérapie avec une réduction de 44 % du risque de décès.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte