Désert

Mirages d’Arabie

Publié le 19/12/2009

Nous connaissions déjà le travail qu’avait effectué George Steinmetz en Afrique. À bord d’un engin volant non identifié, sorte de parachute motorisé, il avait shooté le continent africain d’Est en Ouest, et du Nord au Sud, pour en retirer la substantifique moelle, dans un livre de photographies époustouflantes, African Air. George Steinmetz qui, en vingt-cinq ans de carrière a remporté deux premiers prix World press photo, a récidivé, en s’attaquant au Rub’ Al-Khali, le « désert des déserts », la plus grande étendue de sable inhabitée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte