Monsieur le ministre de la Santé,

Publié le 24/04/2012

Vous n’êtes pas sans savoir qu’une échéance électorale est programmée dans l’Hexagone. J’ai bien hésité avant de vous écrire. Mais face aux défis sanitaires, je m’étonne de votre silence. Pourquoi ne participez-vous pas plus activement à la campagne ? Je lis dans le mensuel Décision Santé que les hôpitaux frisent la crise de nerf. Même Pierre Bergé n’a pas le moral. Le Sidaction 2012 en replis sur 2011 s’est soldé par un échec. Et lorsque les candidats parlent de santé, c’est uniquement pour soigner les déficits ! Le respect de l’Ondam devient une urgence sanitaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte