Entretien avec Nathalie Cugnardey

Mylan, un acteur historique dans les antirétroviraux

Publié le 30/10/2013
40 % des patients traités dans les pays en voie de développement pour une infection à VIH reçoivent des médicaments produits par Mylan. Alors que les premiers antirétroviraux génériqués sont désormais disponibles dans l’Hexagone, l’expérience acquise permet à Mylan de nouer un partenariat privilégié avec les professionnels de santé. Explications.

Crédit photo : S Toubon

Decision Santé-Le Pharmacien Hôpital. Les infectiologues sont-ils réticents à prescrire des médicaments génériques ?

Nathalie Cugnardey. Les médicaments antirétroviraux reposent sur une structure chimique assez simple. Pour autant, ce sont des traitements complexes pour les patients où sont intriqués différents enjeux. L’observance revêt une importance capitale car en cas de rupture du traitement, il y a un risque de réplication virale et de mutation. Par ailleurs, la tolérance de ces médicaments exige parfois une prise en charge sur mesure.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte