Brève

Olivier Véran sous pression promet 5 millions de tests antigéniques début octobre

Publié le 17/09/2020
Avec un R supérieur à 1 (il était de 3 au pic de l'épidémie!), l'épidémie gagne du terrain, prévient Olivier Véran, pour qui le virus est toutefois mieux renseigné. Attaqué sur le front des tests PCR, le ministre de la Santé a expliqué la priorisation des publics concernés dont les soignants doivent en être les bénéficiaires. Et a tracé des perspectives sur les prochains tests en cours d'expérimentation. Verbatim.
Covid-19

Covid-19
Crédit photo : arnaud janin

Après le manque de masques, le manque de tests. «Un million de tests par semaine, c’est bien beau, mais si les résultats arrivent trop tard, ça ne sert à rien. » Cette remarque du président Macron avait été adressée à son ministre de la Santé lors du Conseil de défense du vendredi 11 septembre. Pour redresser la barre, Olivier Véran devait urgemment communiquer. Ce qu'il vient de faire ce jour. Le ministre s'est enorgueilli du fait que la France atteint 1,2 million de tests PCR par semaine. Mais ne nie par pour autant l'embouteillage de la population pour se faire tester, surtout dans les grandes villes. Il a justifié sa politique de priorisation envers les patients ayant des prescriptions médicales, les cas contacts, les soignants et les personnes à risque. "Nous faisons le maximum. C'est un problème d'organisation", se justifie-t-il. Et de mentionner l'ouverture de 20 centres prioritaires en Ile-de-France à partir du 21 octobre qui seront ouverts de 8H à 14H et à même de réaliser 500 tests PCR par jour. Le ministre a rappelé aux personnes non prioritaires leur obligation d'attendre et de ne pas tester à répétition. Olivier Véran a tracé des perspectives sur les tests antigéniques et salivaires. Pour les premiers encore en phase d'expérimentation, une première commande de 5 millions de tests sera livrée début octobre. Une stratégie de déploiement sera mise en place en concertation avec l'Allemagne. Concernant les tests salivaires, un avis de la HAS est en préparation pour savoir dans quelles conditions ils seront réalisés. Selon Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF) interviewé par France Info, "on est en train de perdre la bataille des tests. Il  faut que les laboratoires puissent rendre les résultats des tests en 24 ou 36 heures."


Source : decision-sante.com