Ouverture des données de santé et « Big Data »

Publié le 30/10/2013
Le récent rapport du secrétaire général des ministères chargés des Affaires sociales, Pierre-Louis Bras, répond au débat sur « l’open data » (l’ouverture des données), dans le contexte de l’expansion des « big data » en santé.

Faut-il rendre publiques les données de santé, notamment détenues par l’assurance-Maladie (le système d’information interrégimes de l’assurance-maladie, ou SNIIRAM) autrement dit « la plus grande base médico-administrative au monde », comme le formule le rapport sur « la gouvernance et l’utilisation des données de santé » remis à la ministre Marisol Touraine le 3 octobre dernier ? Comment dans ce cas, se demande le rapport, protéger des « risques de réidentification » des personnes, à des fins malveillantes ou d’exploitation industrielle ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte