Paradoxes

Publié le 18/10/2011

Dans ce contexte d’une rentrée économique de plus en plus détestable, les responsables des cliniques nous parlent « gros sous » comme d’habitude, mais dans une ambiance différente de celle de la crise. Quand les revenus des Français baissent – 90 % des Français auraient moins de 3 000 euros de revenus et le revenu médian ne serait que de 1 500 euros mensuels –, nos concitoyens boudent les établissements privés et reprennent le chemin de l’hôpital public. Et, de fait, les résultats financiers des cliniques s’en ressentent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte