Patrimonalité

Payer les données de santé, un tabou ?

Publié le 11/07/2019
Faut-il vendre les données de santé en France ? Deux conceptions s'affichent : d'une part les pouvoirs publics, adversaires de la patrimonialité des données, s'emparent du nouvel or blanc au bénéfice de la recherche et des patients. D'autre part des voix plus libérales prônent un commerce libre de données "blockchainées", selon les choix des patients. Enquête.
couv 1

couv 1
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Les données personnelles représenteraient selon le Boston Consulting Group la valeur de 1 000 milliards d'euros. Or, cette redistribution des parts du gâteau de la donnée de santé s'accélère car les enjeux dans la recherche sont énormes. Ainsi, l'industrie pharma est prête à y mettre les moyens. Illustration en 2018, Roche acquiert l’éditeur de logiciels Flatiron pour 1,9 milliard de dollars (1,65 milliard d’euros).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.