Brève

Phase précoce en cancérologie, la France en cinquième position en Europe

Publié le 31/01/2020

Comment rendre la France plus attractive et quels sont ses atouts en matière d'essais précoces ? « Nous avons la chance d'avoir une médecine socialiste », lâche le Dr Christophe Massard, (chef du département d'innovations thérapeutiques et d'essais précoces, Institut Gustave-Roussy) où les patients accèdent aux soins les plus performants sans condition de ressource. Pour autant, la position française est attaquée sur de nombreux fronts. Certes, en 2017 et 2018, le nombre d'essais en phase précoce est demeuré stable après une chute brutale en 2016. Mais l'Hexagone peut mieux faire.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.