Exposition

Picasso vaincu par le principe de l’égalité des chances

Publié le 30/10/2015
Sigmar Polke. Untitled 2006

Sigmar Polke. Untitled 2006
Crédit photo : © The Estate of Sigmar Polke, Cologne / ADAGP, Paris,2015 - Photo ACT Art Collection Siggi Loch

Le Grand-Palais a décliné pour cette Picasso-mania la vieille devise de l’école républicaine, l’égalité des chances. Il n’est pas sûr que le résultat comme pour l’Éducation nationale soit à la hauteur de l’ambition. Le projet pourtant était séduisant. Et s’inscrit en profondeur dans l’histoire de l’art. Les œuvres d’hier sont une source d’inspiration inépuisable pour les artistes d’aujourd’hui et de demain. Dans ce cas d’espèce, la descendance de Picasso est multiple. Elle est dispersée sur tous les continents. Et a nourri de nombreuses écoles depuis le pop art jusqu’au graffiti.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte