Pline l’Ancien, le premier encyclopédiste

Publié le 30/12/2013
De Pline l’Ancien en passant par Buffon jusqu’à Wikipédia, la généalogie du savoir serait comme un organisme vivant. Lire Pline l’Ancien relève dans ce cadre d’un retour aux sources. Mais c’est aussi une plongée dans un temps où la science n’avait pas abandonné l’espoir de tout comprendre, où la poésie surgit au détour d’un paysage. Prêt pour le voyage ?

Crédit photo : user

Décision Santé. Pline l’Ancien peut-il être une source d’information pour les médecins ?

Stéphane Schmitt. L’œuvre de Pline l’Ancien est riche en remèdes médicaux. Pour autant, on n’y trouve pas de théorie médicale, comme on peut en lire chez Hippocrate. Il a en revanche élaboré une critique récurrente d'une médecine venue d'orient qui relèverait d'une espèce de charlatanisme. Ce type d’écrits peut contribuer à faire penser les jeunes médecins, mais aussi les moins jeunes.

D. S. Au-delà de l'aspect médical, Pline rédige seul la première encyclopédie connue en Occident.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte