Hépatite C

Plus d’interpénétrabilité pour un meilleur suivi

Publié le 17/06/2014
Le programme d’échanges Hépicure sur le parcours de soins dans l’hépatite C a touché à sa fin avec la tenue de la dernière des sept réunions régionales début juillet à Rennes. L’occasion de parler à nouveau de décloisonnement entre médical, social et associatif.

Il faut s’appuyer sur la communauté de malades. C’est le message qu’ont voulu faire passer certains patients et représentants associatifs, à l’image d’Isabelle Pécheur, d’Aides Bretagne : « Tous les patients reconnaissent le bien-fondé et l’utilité des programmes d’éducation thérapeutique qui leurs sont dispensés. Mais beaucoup nous indiquent aussi regretter ne pas pouvoir échanger avec des malades avec qui ils partagent les mêmes difficultés. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte