Prix Nobel 2013, le mariage de la physiologie et de la biologie moléculaire

Publié le 30/10/2013

Après des années de domination sans partage ou presque exercée par la biologie moléculaire, des travaux en physiologie sont aujourd’hui récompensés par l’attribution du prix Nobel de médecine 2013. Menées par deux chercheurs américains et un chercheur d’origine allemande mais travaillant aux États-Unis, ils ont contribué à élucider les mécanismes de transport vésiculaire à l’intérieur des cellules. Pour autant, l’apport de la biologie moléculaire est loin d’être négligeable.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte