Profils patients : facteurs pronostics et facteurs prédictifs

Publié le 04/12/2012
Aujourd’hui, l’oncologie est indissociable de la recherche en matière de biomarqueurs. Depuis l’évènement des thérapies ciblées, ils ont un rôle prégnant dans la sélection des patients répondeurs, pour optimiser le traitement et maîtriser les couts. Par ailleurs, ils sont progressivement développés dans d’autres perspectives, comme l’identification de biomarqueurs de résistance ou de mauvaise tolérance, ou encore l’optimisation des combinaisons entre thérapies ciblées et cytotoxiques.

Les facteurs pronostics du cancer de la prostate résistants à la castration (CPRC)

Dans ce contexte clinique, le docetaxel en première ligne sera prochainement rejoint par l’abiratérone, et a été étoffée en seconde ligne par le cabazitaxel, l’abiratérone, l’enzalutamide (et bientôt l’alpharadine). Cet ensemble thérapeutique a permis de révolutionner le pronostic de la maladie, mais demande aussi des facteurs pertinents pour orienter le schéma décisionnel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte