Protection sociale, une autre voie

Publié le 27/02/2012

Crédit photo : © D. R.

Faudrait-il encore faire des réformes parce que nous sommes confrontés à des déficits sociaux récurrents ? En premier lieu, rappelons que l’endettement de la Sécurité sociale est très nettement inférieur à celui de l’État. La dette de la Sécurité sociale représente 10 % de la dette publique, celle de l’État plus de 80 % (exergue). Dans le même temps, le budget de la Sécurité sociale s’élève à 513 milliards d’euros, celui de l’État est près de 473 milliards. Il ne s’agit pas de relativiser l’importance des déficits, mais plutôt d’agir là où il y a urgence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte