Sécurité sanitaire

protéger les lanceurs d’alerte

Publié le 20/01/2011
Les usagers veulent pouvoir se poser en lanceurs d’alerte et réclament une homogénéisation des pratiques au niveau européen.

L’affaire du Mediator a défrayé la chronique ces dernières semaines, avec l’annonce par l’Afssaps de 500 morts en l’espace d’une trentaine d’années. Selon une autre expertise de l’Afssaps rendue publique en décembre, le nombre de morts pourraient fort bien être compris entre 1000 et 2000 morts. Dominique Courtois, président de l’association d’aide aux victimes du Mediator et de l’Isoméride (AVI) refuse de croire que « l’Afssaps ne savait pas ». Et va donc engager une action pénale contre l’agence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte