Public-privé, même combat ?

Publié le 30/10/2013
Vent debout mais en ordre quelque peu dispersé, les syndicats comptent obtenir les compensations d’une pénibilité de plus en plus ressentie.

La souffrance des médecins, taboue car victime du mythe du « sauveur surhomme », n’en est pas moins réelle. La charge émotionnelle et les lourdes responsabilités viennent s’ajouter aux conditions difficiles de l’exercice, notamment aux nombreuses gardes et astreintes effectuées tout au long de certaines carrières comme les pédiatres, les obstétriciens, les anesthésistes réanimateurs... C’est d’ailleurs précisément sur cette réalité que capitalisent désormais les praticiens hospitaliers pour défendre leurs causes auprès du Gouvernement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte