Quand la cybercriminalité se porte bien

Publié le 20/02/2013
Élysées, Sénat, tous les établissements publics sont désormais concernés par les attaques cybercriminelles perpétrées à travers le réseau informatique. Dans la santé, ces actes de malversations se multiplient. Comment les établissements hospitaliers protègent-ils leurs systèmes d’information à l’heure où l’insécurité se renforce et que les acteurs de ces faits sont désormais animés par l’appât du gain ?

Les technologies du Web et le Cloud Computing ont ouvert une nouvelle ère marquée par l’avènement des usages inédits : accès aux données du patient au pied de son lit, partage d’informations entre professionnels de santé distants afin de mieux prendre en charge le patient, visualisation des données y compris multimédia dans les unités de soins. Dans le même temps, les risques d’insécurité se sont multipliés. Les virus informatiques circulent ici et là. Les pirates s’introduisent dans les architectures de systèmes d’information hospitaliers pour manipuler les données.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte