Question

Publié le 24/11/2011

Dans un essai vif et piquant, Jean-Claude Michéa rappelle à tous les adorateurs du progrès combien l’avenir radieux n’est plus ce qu’il était. À ceux qui se revendiquent de gauche, l’inscription dans une tradition, l’attachement à un terroir, un passé ne doit pas les condamner à revêtir le costume de conservateur, voire de réactionnaire. Bien au contraire. Bref, l’auteur incite les vrais socialistes à un véritable retour aux sources et à oublier les mythologies du type l’an I ou de la tabula rasa. Il ne s’agit pas d’une simple nostalgie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte