Risque partagé

Publié le 26/03/2012

Dans la négociation du nouvel accord-cadre entre industrie pharmaceutique et CEPS*, celui des accords de risk-sharing est brûlant, il s’agit de trouver des solutions qui permettent d’admettre un médicament (ou un dispositif médical) au remboursement, alors qu’on ne dispose pas de toute l’information nécessaire pour décider du prix qu’on peut accepter de payer, en échange du service médical qu’on espère. Cela concerne des produits complexes, innovants, visant des pathologies rares.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte