RTU

Roche/ANSM, le ton monte

Publié le 17/07/2015

La recommandation temporaire d’utilisation (RTU) d’une durée de trois ans accordée à l’Avastin® dans la DMLA de forme néovasculaire est l’origine d’un bras de fer entre le laboratoire Roche et l’ANSM. Le communiqué de presse publié sur le site de l’industriel ne manie pas la langue de bois. Et rappelle d’emblée son « désaccord avec la décision de l’ANSM ». Certes, la recherche d’économies dans un contexte budgétaire contraint est légitime. Elle ne doit pas s’opérer en revanche au détriment de la sécurité du patient, répond en substance le leader mondial en oncologie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte