Rodin, David, artistes rebelles ou officiels ?

Publié le 30/12/2013

Certes, Rodin a déshabillé la sculpture, a mis le « métier à nu », selon le mot de Judith Clavel, l’auteur d’un des premiers livres publié en 1903. Pour autant, sculpteur célébré par les écrivains, puis artiste officiel de la troisième République, il n’a rien de l’artiste maudit. L’œuvre jusqu’à la fin demeure ouverte, sensible aux révolutions en cours. Elle n’est jamais finie, polie. Ce qui troublera ses contemporains. En 1910, Rodin écrit « la nature seule importe, la nature et le Temps. En regardant la Nature avec patience, on finit par trouver la Vérité ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte