Salle d’injection, l’Académie de médecine rejette l’expérimentation

Publié le 20/02/2013

Alors que la mise en place expérimentale d’une salle d’injection contrôlée vient d’être autorisée par le Premier ministre, l’Académie nationale de médecine rejette l’initiative déjà exprimée dans un avis de janvier 2011. Arguments avancés, il convient de traiter les addictions et non de les entretenir. De plus, la France s’est dotée de nombreuses structures d’accueil pour les toxicomanes où sont délivrés des produits de substitution. Résultat, l’Hexagone serait au premier rang quant au nombre de patients (140 000) bénéficiant de cette prise en charge.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte