Statine en prévention primaire, un bénéfice démontré

Publié le 07/04/2016
L’intérêt d’une large prescription de statine chez des patients qui ne présentent pas un taux élevé de LDL cholestérol n’avait pas à ce jour été prouvé. Les résultats de l’étude HOPE III devraient modifier les pratiques, y compris dans les pays émergents. Démonstration.

Crédit photo : DR TIM EVANS/SPL/PHANIE

Pourquoi faudrait-il prescrire une statine chez les patients qui n'ont jamais été victimes d'un infarctus du myocarde ou d'une autre pathologie cardiaque ? Et sans taux élevé de cholestérol ? Tout simplement parce la prise de rosuvastatine réduit le risque de survenue d'un événement cardiaque selon les résultats de l'étude HOPE III (heart outcomes prevention evaluation) présentés à l'American college of cardiology. Ces résultats sont susceptibles de modifier en profondeur la prise en charge de millions de patients dans le monde.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.