Éthique

Trop souvent seuls face au progrès scientifique

Publié le 06/12/2014
Corps artificiel, gestation pour autrui, euthanasie, médecine prédictive… : les soignants sont sans cesse confrontés aux questions éthiques liées aux progrès scientifiques. Or, sans cadre suffisamment défini par la société, ils sont trop souvent seuls pour apporter les réponses que les patients leur demandent… tout de suite.

Pour Olivier Vérand, neurologue hospitalier et député PS de l’Isère, dans une société où « la santé a remplacé le salut et où le transhumanisme – le dépassement et la substitution de la nature humaine par les biotechnologies – est en vogue, le progrès technique défie l’intelligence humaine. La science évolue tellement vite que c’est à nous de nous y adapter ! » Or, la capacité et la vitesse de propagation de la science devancent quasiment systématiquement les débats de société qu’elle provoque.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte