Laïcité à l’hôpital

Un décalage flagrant entre parole officielle et vécu de terrain

Publié le 20/03/2015
Religion et soins, quoi de plus complexe et de plus intime ? C’est pourtant ce que doivent gérer les hôpitaux au quotidien. Si des règles ont été posées et semblent satisfaire l’ensemble des acteurs officiels, sur le terrain, la situation est moins limpide. Jeter un voile pudique sur cette question dont nul ne veut faire un problème ne semble toutefois pas la bonne solution.

Refus de se faire soigner par un homme, refus de soins pour des raisons religieuses, exigences particulières quant aux repas… mais aussi, du côté des soignants, prosélytisme, exigences quant à son emploi du temps etc. Tous ces cas et bien d’autres existent bel et bien selon Isabelle Lévy, formatrice et spécialiste de la religion à l’hôpital. Mais, bien souvent, par peur des représailles, estime-t-elle, ils sont tus quand l’hôpital n’accède pas aux demandes exorbitantes du patient.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte