Entretien avec Annie Ernaux

« Un événement n’a pas eu lieu s’il n’a pas été raconté »

Publié le 12/12/2011

Décision Santé. Pourquoi raconter sa vie pour des lecteurs inconnus ? Et surtout les événements les plus douloureux ? Est-ce une manière de s’en débarrasser ?

Annie Ernaux. Sûrement pas. C’est pour faire exister. Pour moi, un événement n’a pas eu lieu s’il n’a pas été raconté. Écrire, c’est faire être et saisir le moment, comme l’illustre le Journal du dehors par exemple. Tout simplement pour qu’il y ait une trace réelle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte