Entretien avec Didier Tabuteau, chaire santé à sciences po

« Un Ondam à 2 % c’est très rigoureux »

Publié le 20/02/2010
Décision Santé. Croyez-vous en une recette miracle pour redresser les comptes sociaux ?

Didier Tabuteau. Il n’y a aucune recette miracle. De toute manière, il faut distinguer deux types de déficits : le déficit structurel, celui qui s’accumule chaque année, parce qu’il n’y a pas assez de financement, et le déficit conjoncturel lié aux conséquences de la crise. Sur le conjoncturel, il doit être remboursé progressivement puisqu’il y a eu un endettement dans ce domaine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte