Banalisation des DASRI

Un procédé qui fonctionne bien

Publié le 25/01/2010

En 2010, 20% des DASRI passent par la filière de prétraitement par désinfection. Une demi-douzaine d’appareils de banalisation1 validés par le Conseil supérieur d’hygiène publique de France (CSHPF) sont commercialisés et s’adressent aux hôpitaux et cliniques. L’hôpital doit obtenir un arrêté préfectoral d’autorisation d’exploiter. Le procédé de prétraitement comprend généralement deux phases. Premièrement, est réalisé un déchiquetage et/ou un broyage des déchets d’activités de soins à risque.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte