Sibyle Veil

Une femme de 30 ans

Publié le 17/09/2010

Crédit photo : ©D. R.

Le palais de l’Élysée serait-il une école où l’on enseigne le sens de l’écoute ? Où les conseillers, loin d’être bardés de certitude, apprendraient la modestie, où l’arrogance aurait changé de camp et serait désormais le signe distinctif de journalistes rompus – paraît-il – aux basses œuvres pour faire plier le pouvoir ? Sibyle Veil, après trois ans passés rue du Faubourg Saint-Honoré en ce matin du mois d’août, affiche une humilité qui surprend. Est-ce là le résultat d’un été pénible voire meurtrier dans les allées du pouvoir ou le poids de ses nouvelles responsabilités ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte