Santé publique

Une meilleure prévention grâce aux sciences comportementales

Publié le 21/04/2010
Un rapport sur l’apport des neurosciences dans les stratégies d’information et de prévention en santé publique a été remis à Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État à l’Économie numérique.

« Nous constatons que les campagnes de prévention ont atteint leur limite », déplore Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique. Elle a donc, suite à un séminaire de prévention sur la santé publique le 16 juin 2009, décidé de commander un rapport1 au Centre d’analyse stratégique2 sur l’apport des sciences comportementales, cognitives et des neurosciences à la prévention en santé publique. Lequel lui a été remis début mars par Vincent Chriqui.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte