DVD

Une mort trop facile ?

Publié le 20/02/2013

Comment représenter la maladie au cinéma, la déchéance des corps, l’angoisse de la mort ? Comment parler de la fin de vie ? Dans le film de Stéphane Brizé qui avant la sortie du film de Michaël Haneke, Amour, aborde la délicate question du suicide assisté, toutes ces thématiques sont traitées avec désinvolture. Comment croire à la fin de vie du personnage interprété par Hélène Vincent, alors que ce mélanome métastasé devrait entraîner des ravages ? Le cancer est ici invisible.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte