Secteur 2

Une rémunération au service d’une médecine à l’écoute et de pointe

Publié le 18/10/2011
Enquête à Lille auprès de médecins assumant leurs dépassements d'honoraires et qui attendent beaucoup des mutuelles en matière de transparence des prises en charge.
" Partir dans le privé correspond à une envie de travailler autrement, d'individualiser davantage...

" Partir dans le privé correspond à une envie de travailler autrement, d'individualiser davantage...
Crédit photo : © Anne Castelbou

Généralement, les médecins rencontrés, qui sont en secteur 2 depuis leur installation en clinique, ne regrettent en rien leurs choix, et ce malgré « la pression politique sous la houlette de la Mutualité française et la pression médiatique. Partir dans le privé correspond à une envie de travailler autrement, d’individualiser davantage le soin. » témoigne le docteur Jean-Claude Ducloy, anesthésiste uniquement en maternité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte