Télécardiologie

Une technologie mature, mais un financement insuffisant et non pérenne

Publié le 15/10/2015
La télécardiologie a su gagner ses galons. Elle est à la fois efficace et génératrice d’économies. Mais le financement de l’acte se fait toujours attendre. Débat*.

Crédit photo : CLAUS LUNAU/BONNIER PUBLICATIONS

« Le premier financement de la télécardiologie reste le bénévolat. » Le Dr Arnaud Lazarus, rythmologue interventionnel, ne se veut même pas cynique. Il exprime la réalité vécue par les professionnels de santé qui réalisent des actes de télémédecine au quotidien auprès de leurs patients.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.