Vieillissement et VIH : approche physiopathologique

Publié le 20/02/2013

Le vieillissement est un processus physiologique complexe et multifactoriel qui aboutit naturellement au décès. Les patients VIH âgés de 50 à 60 ans connaissent un certain nombre de comorbidités appelées non-classantes sida (ostéoporose, déficit neurocognitif, sarcopénie, risque cardio-vasculaire et hypertension, lipodystrophie, résistance à l’insuline, diabète et dyslipidémie, cancer et infections virales). Leur prévalence est supérieure à celle de la population générale du même âge, ce qui vient d’être confirmé par l’étude « HIV cohort study ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte