Werner Herzog, un si beau voyage

Publié le 17/07/2015

Où sont les nouveaux Werner Herzog, les réalisateurs-artisans qui transforment leurs rêves en films ? L’édition du second tome des œuvres du cinéaste allemand permet de revoir des œuvres singulières, originales qui transportent le spectateur loin du déjà-vu. Fitzcarraldo, contenu dans ce coffret est l’un des sommets de l’œuvre. À l’ère du triomphe des effets spéciaux et du 3D, qui oserait filmer en vrai le passage d’un navire qui franchit une montagne sans le recours à la technologie d’aujourd’hui? Tout le film est traversé par cette évidence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte