Work in progress

Publié le 17/07/2015

Les hommes aiment les ruptures qui leur font peur et les attirent. Les révolutions plaisent aux innovateurs et bousculent les autres. Les modernes rêvent de sortir les anciens. Les oubliés de mettre à bas les privilèges. Tous de casser les vieux cadres. Un nouveau monde apparaît angoissant mais salvateur. Les révolutions évoquées ici sont numériques et technologiques, mais ne sont pas si différentes des effusions politiques, elles aussi à nos portes. Elles ne se sont pourtant pas installées par effraction.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte