Théâtre

Nous sommes tous des seigneurs russes !

Par
Publié le 25/11/2021
Loïc Corbery, Nicolas Lormeau, Michel Favory, Florence Viala

Loïc Corbery, Nicolas Lormeau, Michel Favory, Florence Viala
Crédit photo : Crédit : Brigitte Enguérand

On revisite toujours avec bonheur le domaine de la Cerisaie, l'ultime chef-d’œuvre d'Anton Tchekhov. Cette pièce qui évoque juste la fin d'un monde, celle des aristocrates russes avant la révolution nous plonge à chaque fois dans l'émotion. Le temps qui passe, la perte sont des sentiments qui se moquent de toutes les frontières, temporelle et spatiale. Certes, Clément Hervieu-Léger, le metteur en scène de cette nouvelle version n'en restitue pas toutes les complexités. On peut s'interroger sur le choix de confier le rôle du marchand Lopakhine, fils d'un ancien moujik qui rachète le domaine aux enchères à Loïc Corbery, toujours jeune premier auquel personne ne résiste. L'épaisseur du personnage animée aussi par la revanche sociale s'efface ici au profit du charme. Pour une fois, la troupe de la Comédie-Française ne se hisse d'ailleurs pas à son sommet. Mais ne jouons pas aux vieux barbons de Molière. Il y a aussi de belles idées comme celle de demander aux comédiens d'assurer les changements de décor, métaphore du domaine comme fin d'un théâtre, du théâtre ? Au moment des saluts, nous sommes des seigneurs russes qui refusons de voir la catastrophe ! C'est le miracle du théâtre à voir et revoir encore. 

 

Comédie-Française, salle Richelieu, en alternance jusqu'au 6 février 2022.


Source : decision-sante.com