Pierre Morange, député des Yvelines*

Fraudes sociales, le combat des voraces et des coriaces

Publié le 13/05/2016

La fraude sociale consiste dans le détournement intentionnel de l’effort des Français, c’est-à-dire les cotisations sociales de l’objectif initial de protection sanitaire et sociale au profit d’intérêts particuliers illicites. Cela peut être des arrêts de travail prescrits indûment, des surfacturations de transport sanitaire, la création de sociétés fictives afin de percevoir des indemnités de licenciement de personnels fantômes. La nature même et l’ampleur de dévoiement de la solidarité nationale appellent une action volontariste que l’outil informatique peut aider à traiter.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte