Tribune Christophe Le Dantec, président du groupe Surycat

Internet of Things (IoT) : Pluralitas non est ponenda sine necessitate*

Publié le 26/11/2015
Les annonces se succèdent plus fracassantes les unes que les autres qui prédisent la nouvelle révolution des objets connectés. Les chiffres sont vertigineux, 20, 50, 100 milliards porteurs d’autant de promesses d’informations à vendre donc de croissance radieuse. Peut-on donner un sens à toute cette effervescence médiatique et particulièrement dans le domaine sanitaire ? Analyse.

Roulez tambours, sonnez trompettes

Les papes du marketing prédictif de Cisco nous l’annoncent, il faut, d’ici à dix ans, remplacer et connecter les 1 450 milliards d’objets existants. Et s’ils sont tous de la marque, au moins n’y aura-t-il pas de souci d’interopérabilité. Pas sûr que les Apple, Google, Microsoft, Amazon, Qualcomm et consorts soient du même avis. McKinsey le prédit*, d’ici à 2025, l’Internet des objets (IoT) portera une valeur comprise entre 4 et 10 000 milliards dollars américains (USD) par an dont 200 à 1 500 milliards USD pour la seule santé.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.