Brève

Jacques Lucas, président de l'Agence numérique de santé (ANS).

Publié le 04/05/2021
cyber

cyber
Crédit photo : S. Toubon

« Après des années de recommandations - souvent demeurées lettre morte - il n'est que temps d'entrer dans le concret, d'identifier les lacunes et de mesurer les efforts fournis qui permettront de mieux s'organiser et de rendre plus efficaces les ressources publiques dédiées. Le dialogue entre les responsables techniques (DSI, RSSI, DPO et ingénieurs biomédicaux) avec les directions générales doit être encouragé pour que ces derniers prennent pleinement conscience de l'importance stratégique du sujet et de leur responsabilité devant les juridictions en cas de défaut.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte