Biosimilaires, tout le monde en parle

Par
Publié le 18/11/2019
Chaque acteur depuis les industriels jusqu'aux patients livre sa prescription pour un « bon usage » des biosimilaires. Dans ce débat, les intérêts ne sont pas tous convergents. Description des rapports de force.
biosimilaires

biosimilaires
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Qui va gagner la bataille des biosimilaires ? Si les appétits sont féroces et les ambitions fortes, nul ne sait qui va remporter demain la mise. En tout cas, le marché français s'envole. En 2022, il devrait dépasser un milliard d'euros de chiffre d'affaires selon une étude récente de Xerfi Precepta*. Et ce serait le scénario le plus pessimiste. En 2019, les ventes s'établiront à 795 millions d'euros, soit une hausse de 50 % par rapport aux chiffres de 2018. Est-ce alors le gros lot pour tous ? Rien n'est moins sûr. Sur la ligne de départ, les concurrents sont fort nombreux.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.