Les génériques refusés par les médecins spécialistes

Par
Publié le 08/02/2018

Les génériques ont révélé les lignes de fracture au sein des médecins. Les généralistes ont plus facilement adopté les génériques à l’inverse des spécialistes qui ont témoigné d’une forte résistance. Pour ces derniers, c’est un moyen de conserver ou d’attirer une patientèle exigeante, « d’affirmer ou de reproduire la hiérarchie médicale », souligne Etienne Nouguez. Chez les patients, un même front du refus des génériques réunit les consultants des « beaux quartiers » et ceux détenteurs de la CMU. Faut-il parler de paradoxe ? Sûrement pas, analyse l’auteur.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.