Les piliers pharmaceutiques

Publié le 21/12/2015
D’ici à 2020, la proportion des anticancéreux oraux prescrits pourrait passer de 25 % actuellement à 50 %. Une donne qui renforce l’ambulatoire et donc le rôle des officinaux.

Crédit photo : BURGER/PHANIE

Pour l’heure, les échanges que les pharmaciens ont avec les prescripteurs restent insuffisants, selon une enquête présentée par Dominique Charlety, pharmacien au CHU de Grenoble. Les informations relatives à la tolérance, au plan de prise et aux interactions médicamenteuses sont celles dont ils disent avoir le plus besoin.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.