Faire voyager les malades ou les compétences ?

Par
Publié le 15/10/2018
La libre circulation des malades européens relève encore du mythe. Démonstration.
visuel Cham

visuel Cham
Crédit photo : © CHAM

Dans une Europe de la santé, faut-il faire voyager les médecins ou les patients ? Plutôt les compétences, a répondu Thomas Berglund, président du groupe Capio. Les prises en charge transfrontalières se heurtent en pratique à de nombreux obstacles financiers, réglementaires ou linguistiques. Et cette activité paraît marginale tant pour un groupe européen comme Capio, spécialisé en chirurgie que pour Korian impliqué dans la prise en charge des personnes âgées.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.