Un an après, l'article 51 sur les rails

Par
Publié le 15/10/2018
À l’issue d'une sélection opérée pendant l'été, 54 dossiers ont été retenus. Domine le thème de l'obésité. Imaginée pour échapper aux contraintes de financement, l'initiative n'a pas échappé à la critique d'un excès de bureaucratisme. Premier bilan.

L'article 51 a été annoncé avec tambours et trompettes comme la principale innovation de la loi de financement de la Sécurité sociale en 2018. Il incarnait l'esprit, la méthode du nouveau pouvoir. Pour sortir de la course à l'acte et au volume, on expérimente des projets sur le terrain, loin des bureaux du ministère. Selon la règle du jeu, les projets pour être retenus dérogent aux modes de financement classiques. Ils doivent par ailleurs être reproductibles et généralisables.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.